Ville moyenâgeuse qui a gardé un charme fou et un côté intemporel, Rouen est connue pour ses maisons à colombages (on dit aussi à pans de bois), ses rues aux pavés millénaires et ses églises qui lui valurent le surnom de « Ville aux 100 clochers » par Victor Hugo dans son recueil de poèmes Les feuilles d’automne. C’est aussi la ville de l’un des plus grands écrivains français : Gustave Flaubert, auteur de Madame Bovary, l’Éducation sentimentale ou Salammbô.

Le saviez-vous ? Simone de Beauvoir a habité Rouen entre 1932 et 1936, à l’hôtel du Petit Mouton, à l’époque où elle enseignait au lycée Jeanne d’Arc (l’actuel collège Barbey d’Aurevilly), afin de se rapprocher de son « amour nécessaire », Jean-Paul Sartre, qui enseignait alors au Havre. Elle déjeunait régulièrement à la Brasserie Paul (qui existe toujours), prés de la cathédrale et avait ses habitudes au Café Le Métropole, près de la gare, où elle retrouvait Jean-Paul Sartre qui arrivait par train. En entrant dans ce café, vous y verrez d’ailleurs leurs bustes et une plaque, en témoignage de ce passé. Simone de Beauvoir évoque sa vie rouennaise dans La Force de l’âge. En hommage à cette Femme de lettres, une bibliothèque porte son nom à Rouen.

Voici un premier article avec ma sélection de visites culturelles incontournables à Rouen. Dans les deux prochains, je vous présenterai des lieux où aller se balader puis ma sélection d’adresses gourmandes.

L’Historial Jeanne d’Arc

La visite se déroule au sein du palais de l’Archevêché attenant à la Cathédrale, un lieu exceptionnel situé dans le centre ville de Rouen qui est à la fois le théâtre de la condamnation de Jeanne d’Arc en 1431 et de sa réhabilitation en 1456. En suivant un parcours numérique, vous plongez au coeur de l’Histoire, à travers les salles médiévales de ce monument historique, sur les traces de Jeanne d’Arc et revivez le destin de cette héroïne de l’histoire de France, surnommée « la Pucelle d’Orléans ».

J’ai adoré le lieu qui est de toute beauté et aussi beaucoup apprécié le côté immersif de la visite grâce à une scénographie moderne et innovante rythmée par des vidéos, projetées à même la pierre ou sur des écrans, qui apportent un côté vivant et théâtral qui enrichit la visite. Pour terminer, vous découvrirez la Chapelle d’Aubigné et la Salle des États (un espace qui accueille aujourd’hui des séminaires, cocktails, conférences….)

Informations pratiques : ouvert du mardi au dimanche de 10h à 19h. Dernier départ de la visite à 17h15. Tarif adulte : 10,50€.

Le Musée de la céramique

Installé dans l’élégant ancien hôtel particulier d’Hocqueville, tout à côté du musée des Beaux-Arts et en face le square Charles Verdrel, le musée met à l’honneur l’art de la céramique à travers plus de 5000 pièces d’Italie, Chine, Delft, France…(dont Sèvres et Rouen). Il retrace évidemment l’histoire de la faïence de Rouen et valorise ce savoir-faire local, fleuron de l’industrie jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

Comme lors de ma visite de la Manufacture de Sèvres à l’occasion des Journées du Patrimoine, j’ai été émerveillée par le niveau de détails sur les différents objets présentés : plats, assiettes, tasses, petites statuettes….tous d’une grande beauté. Ne manquez pas les deux sphères de Pierre Chapelle, l’une terrestre et l’autre céleste, joyaux de la collection du musée !

Le saviez-vous ? Le terme générique « céramique » est issu du grec keramos qui signifie « argile ». Il désigne toutes les productions à base d’argile cuite. Il existe quatre grandes familles de céramiques qui se différencient par la composition de leur pâte et leur mode de cuisson : la poterie (ou terre cuite), le grès (terre argileuse), la faïence (terre cuite émaillée) et la porcelaine qui est un mélange de kaolin, de feldspath et de quartz (la plus connue étant la porcelaine de la Manufacture de Sèvres dont vous trouverez quelques pièces dans le musée)

Informations pratiques : ouvert du mercredi au lundi (fermé le mardi) de 14h à 18h. Entrée gratuite pour la collection permanente.

Le Musée Le Secq des Tournelles

On y va à la fois pour la beauté du lieu, une ancienne église transformée en musée et pour découvrir la plus riche collection de ferronnerie ancienne au monde : plus de 15 000 pièces qui datent pour la plupart des XVIIè et XVIIIè siècles, dont 6000 exposées ! Le musée porte le nom d’un peintre et pionnier de la photographie, Jean-Louis Henri Le Secq Destournelles qui a commencé sa collection en 1862. Son fils l’a poursuivie et l’a ensuite léguée à la ville de Rouen en 1917, en contrepartie de la mise à disposition d’un local pour installer les pièces. Le musée est inauguré en mai 1921 dans l’église Saint-Laurent.

Il comprend notamment une extraordinaire collection de clés qui m’a totalement fascinée : des clés carolingiennes et mérovingiennes, gallo-romaines, des clés d’examen de maîtrise à lanternon, des clés dites « anglaises » (certaines avec un monogramme), des clés gothiques, d’autres dites « vénitiennes » ou de style troubadour au décor médiéval….

Informations pratiques : ouvert du mercredi au lundi (fermé le mardi) de 14h à 18h. Entrée gratuite pour les collections permanentes.

Le Musée des Beaux Arts

Vous y découvrirez la très belle salle du jardin des sculptures, installée à l’entrée, sous une immense verrière, décorée de toiles et sculptures de maîtres. Le lieu est une invitation à la détente et à la contemplation.

Vous pourrez aussi admirer la deuxième plus importante collection impressionniste de France, après Paris, avec notamment, le tableau Vue générale de Rouen ou La cathédrale de Rouen, le portail et la tour d’Albane, temps gris de Claude Monet, Le Pont Boieldieu à Rouen, soleil couchant, temps brumeux de Pissarro mais aussi des œuvres de Sisley, Caillebotte et Renoir.

Le saviez-vous ? Le terme « impression » désigne l’empreinte rapide et colorée qui, apposée sur la toile, décrit le brouillard vaporeux et les reflets orangés du ciel et dans l’eau. C’est le tableau de Monet, Impression, soleil levant, peint en 1872 au bord d’un bassin maritime au Havre qui est à l’origine du mot « impressionnisme ».

La période impressionniste est ma préférée car ces peintres s’attachent à retranscrire une atmosphère, un ressenti, plus que de peindre une scène dans sa seule réalité et ils ont un talent comme nulle autre pour saisir la lumière et les ombres. Leur travail est souvent en lien avec l’observation de la nature, l’importance du mouvement de l’eau et des reflets de la lumière qui confèrent à leurs toiles un côté contemplatif, emprunt de douce rêverie.

Informations pratiques : ouvert du mercredi au lundi (fermé le mardi) de 10h à 18h. Entrée gratuite pour les collections permanentes.

Pour poursuivre votre découverte de Rouen, voici mes deux prochains articles à venir :

A bientôt Rouen <3

Princess Zaza