Après vous avoir présenté mes visites culturelles incontournables à Rouen voici quelques lieux de promenade qui m’ont particulièrement plu :

L’Aître Saint-Maclou et la Galerie des Arts du feu

Situé à proximité de l’église de style gothique flamboyant qui porte le même nom, l’aître Saint-Maclou est l’un de mes endroits préférés à Rouen. Cet ancien cimetière qui contient les ossements de victimes de l’épidémie de la Peste noire de 1348, a totalement été restauré en 2021 mais, si vous observez les colonnes et boiseries extérieures, vous trouverez les vestiges de son passé macabre. Regardez bien les chapiteaux des colonnes, ils sont décorés de figures grimaçantes représentant les effets de la peste et de la mort qui s’en suit. Sur les boiseries, vous verrez des crânes, des ossements et outils de fossoyeurs…Totalement mortel ! Ah ah ah

Bien qu’historiquement lié à la mort, le lieu est un véritable havre de paix et il y règne une douce sérénité propice à la quiétude. Une fois installé dans sa cours intérieure ombragée, on est totalement coupé de l’agitation de la ville. Il est très agréable d’y prendre un café le matin ou de s’asseoir sur un banc dans la journée pour lire.

Le saviez-vous ? Un aître est un cimetière, un ossuaire, installé au Moyen-Âge et jusqu’au XVIIIè siècle au coeur des villes, au pied des bâtiments de culte.

Classé Monument Historique en 1862, l’aître Saint-Maclou célèbre aussi la création en accueillant la Galerie des Arts du feu qui met à l’honneur les métiers de la céramique, du verre et du métal. Vous y trouverez une boutique avec des créations uniques fabriquées pour la plupart en Normandie : objets déco, arts de la table, luminaires, bijoux….Vous pourrez rencontrer des céramistes installés dans l’atelier adjacent et participer (sur inscription) à une initiation au travail de l’argile, du verre ou du métal et visiter la salle d’exposition-vente située au dessus.

J’ai été ravie de rencontrer et d’échanger avec Alain-Pierre de Saint Raphaël, un céramiste spécialisé dans la faïence de Rouen qui m’a parlé avec passion de sa récente reconversion professionnelle, des débuts de son apprentissage et de sa volonté de perpétuer ce savoir-faire ancestral. Je le remercie pour le temps accordé et la qualité de nos échanges et lui souhaite pleine réussite dans son beau projet !

Informations pratiques : ouvert le mardi de 10h à 14h et du mercredi au dimanche de 10h à 18h. Visite de l’exposition-vente en accès libre.

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

Avec sa façade occidentale asymétrique, c’est le monument le plus emblématique de la ville ! Classée Monument Historique depuis 1862, joyau de l’art gothique, les premières pierres de la Cathédrale Notre-Dame de Rouen remontent au haut Moyen-Âge.

C’est la cathédrale la plus haute de France (151 mètres). Elle restera le plus haut bâtiment du monde jusqu’en 1880, détrônée par la cathédrale de Cologne (157 mètres). Aujourd’hui, elle est néanmoins la troisième plus haute cathédrale du monde, dépassée seulement par celles d’Ulm (162 mètres) et de Cologne…..à moins qu’un jour, elle ne soit battue par la Sagrada Familia, à Barcelone, en éternelle construction…..

Elle est également la cathédrale qui, par la largeur de sa façade occidentale de 61,60 mètres, détient le record de France. Elle a notamment été rendue célèbre dans le monde entier grâce à la série de 28 tableaux réalisés par le peintre Claude Monet.

Le Gros Horloge

La rue du Gros Horloge est l’une des rues piétonnes les plus animées de Rouen ! Elle relie la place du Vieux-Marché à la place de la Cathédrale. Adossé à un beffroi du XIVème siècle, son Gros Horloge, composé de deux cadrans, est l’un des emblèmes de Rouen et vaut vraiment le coup d’œil.

C’est l’une des plus anciennes horloges publiques de France. Si vous observez bien, vous verrez qu’elle n’a qu’une seule aiguille décorée à son extrémité d’un agneau, symbole du travail de la laine qui a jadis fait prospérer de la ville de Rouen et que l’on retrouve sur son blason. Cette unique aiguille indique les heures, ce qui était bien suffisant à l’époque.

Un semainier fait de divinités est situé sous le chiffre VI du cadran et précise le jour de la semaine. Chaque jour, à midi, il tourne et dévoile un Dieu de l’Antiqué associé à un jour de la semaine : Diane, déesse de la chasse, représente le lundi, Mars, dieu de la guerre, le mardi, Mercure, dieu du commerce, le mercredi, Jupiter, dieu qui gouverne la terre et le ciel, le jeudi, Vénus, déesse de l’amour, le vendredi, Saturne, dieu du temps et de l’agriculture, le samedi et Apollon,dieu de la musique et de la poésie, le dimanche.

Le globe entouré de rouge, au-dessus du cadran de l’horloge, permet de connaître les cycles de la lune, très utile pour calculer les marées, une information précieuse pour l’activité portuaire : plus la partie dorée est importante, plus la lune est dans une phase montante.

Le saviez-vous ? Pourquoi dit-on « LE » Gros Horloge ? Cela remonte à la transition de la langue latine à la langue française. Le mot horloge vient du latin horologium, mot de genre masculin. Lors de la transition, il y a eu beaucoup de confusions et le mot horloge n’avait pas de genre défini. Les habitants ont gardé en tête la racine latine, d’où la dénomination « le Gros Horloge ».

Les plus attentifs auront remarqué que sous l’arcade, l’un des angelots a été sculptés la tête à l’envers ! Il semble que cela soit le fait d’un sculpteur mécontent, s’estimant mal payé, qui aurait volontairement fait cette erreur en rebellion contre ses patrons.

En empruntant l’étroit escalier qui mène jusqu’à la coupole du beffroi, vous pourrez observer d’un peu plus près le mécanisme de l’horloge et profiter d’un beau panorama sur la ville !

Informations pratiques : ouvert tous les jours sauf le lundi : D’avril à septembre : de 10h à 13h et de 14h à 19h/ De octobre à mars : de 14h à 18h/ Dernière entrée 1h avant fermeture. Tarif adulte : 7,20€

Les quais

A pied, à roller ou en vélo, les quais de Rouen sont une super balade à faire le long de la Seine qui sépare la rive droite de la rive gauche. Côté rive droite, en partant du Pont de Corneille (L’île Lacroix comme disent les rouennais, merci Northmen 😉 ), vous pouvez rejoindre le pont levant Gustave Flaubert, soit une promenade d’un peu plus de 2,5kms. Tout le long, vous trouverez d’anciens hangars rénovés et transformés en bars/restaurants. Côté rive gauche, vous trouverez davantage d’espaces verts. Aux beaux jours, les rouennais viennent se détendre ou pique-niquer sur la presqu’île Rollet. C’est aussi de ce côté qu’est installé le hangar 106 (salle de concert) et ses grues « Picasso ».

Le saviez-vous ? Pourquoi parle-t’on de grues Picasso ? Il s’agit en fait de grues Caillard, du nom du fabricant d’engins de levage Havrais. Elles ont une capacité de levage de 3 à 8T et ont été construites dans les années 60. Les grues Caillard sont formées de caissons métalliques fermés et soudés, et sont peintes en bleu vif, jaune éclatant, rouge ou vert. Le résultat est si original que le personnel de quai a baptisé ces grues « grues Picasso », du nom du peintre qui marquait alors les esprits par les formes et les couleurs de ses tableaux… Les 2 grues ont été remises par le Port Autonome de Rouen à la Ville de Rouen pour être installées devant le hangar 106 inauguré en 2010. Elles rappellent l’ancienne vocation portuaire du site et viennent créer 2 verticales dans un paysage très linéaire.

Le panorama depuis la colline Sainte Catherine

La colline Sainte Catherine, aussi appelée Côte Sainte Catherine, offre une vue panoramique splendide sur toute la ville de Rouen, la Seine, ses ponts et son viaduc. Des tables d’orientation vous permettront de repérer facilement les différents monuments, comme la cathédrale Notre-Dame de Rouen, les églises de la ville, le centre hospitalier Charles Nicolle, les six ponts routiers (le pont Jeanne d’Arc, le pont Boieldieu, le pont Guillaume le Conquérant, le pont Mathilde, le pont Pierre Corneille (dit « L’île Lacroix » par les rouennais) et le pont levant Gustave Flaubert), le viaduc ferroviaire d’Eauplet ou la tour des Archives.

Séduit par ce panorama, c’est ici que Claude Monet a peint sa « Vue générale de Rouen », un tableau que vous pouvez admirer au Musée des Beaux-Arts en centre ville.

Le Jardin des Plantes

C’est sur la rive gauche que se situe ce très joli jardin botanique de 8 hectares. C’est une invitation à la détente, à la rêverie et à la découverte, en famille ou entre amis. Au cours de votre promenade, vous découvrirez de nombreuses espèces botaniques et variétés horticoles. Certaines sont en plein air, comme le jardin d’iris et d’hémorocalles, le jardin de dahlias, les plantes médicinales et aromatiques, la roseraie, le verger…D’autres sont sous serre : les plantes d’origine tropicale, plantes carnivores, plantes médicinales méditerranéennes…. La serre, la plus grande et la plus haute, est appelée le Palmarium. Le jardin comprend aussi quelques belles constructions, comme le bâtiment à colombages hébergeant l’ancien pressoir à pommes et une orangerie.

Tout au long de l’année, le jardin accueille plusieurs évènements comme c’était le cas quand j’y suis allée, avec la semaine de l’Asie (jardins chinois, calligraphie, ikebanas*, jeux d’éveil pour les enfants…).

(*art traditionnel japonais fondé sur la composition florale)

Informations pratiques : de novembre à février : 8h-17h30/ de mars à avril : 8h-18h45/de mai à août : 8h-20h15/de septembre à octobre : 8h-18h45.

Le cimetière monumental

Surnommé « le Père-Lachaise rouennais » et situé sur les hauteurs de Rouen, le cimetière monumental fait partie des « Cimetières remarquables d’Europe ». C’est une belle promenade, mortellement calme 😉 où se mélange beauté et histoire, en toute quiétude.

C’est le plus grand cimetière de Rouen, il compte plus de 22 000 tombes, parmi lesquelles des sépultures de personnages célèbres comme l’écrivain Gustave Flaubert qui repose auprès de ses parents et de sa sœur (carré M2/emplacement n°7) ou Marcel Duchamp, artiste peintre sculpteur, joueur d’échecs, connu pour bousculer le monde de l’art dans ses créations et auteur de nombreuses caricatures dont la fameuse Joconde (carré L/emplacement n°5).

Je vous invite à observer les différents styles architecturaux des monuments funéraires ainsi que les ornements (végétaux et éléments décoratifs) qui en disent parfois long sur le défunt. C’est le cas par exemple du sarcophage de Ferdinand Marrou (carré 12/emplacement n°4), célèbre ferronnier, qui conçut son cercueil tout en cuivre. Il est surtout connu pour la réalisation des clochetons entourant la flèche de la cathédrale de Rouen, le faîtage de la tour Jeanne d’Arc, celui du palais de justice ou du Gros Horloge. On lui doit aussi la superbe devanture en fer forgé d’une maison de la Rue Saint Romain qui était son ancien atelier et qui depuis 2002, abrite le salon de thé Dame cakes. Rendez vous aussi au 29 rue Verte pour pour admirer la devanture de sa maison, aux allures de maison hantée.

Informations pratiques : ouvert du 1er avril au 1er novembre : de 8h30 à 12h et de 14h à 18h (8h15-17h30, les samedis, dimanches et jours fériés) et du 2 novembre au 31 mars : de 8h30 à 12h et de 14h à 17h (8h15-16h30, les samedis, dimanches et jours fériés).

Street art

Fan de street art, je me suis mise à la recherche de ces oeuvres, plus ou moins éphémères, qui pour moi apportent une touche d’évasion, de réflexion et de beauté aux villes. A Rouen, j’en ai trouvé de nombreuses, notamment dans la Rue des Fossés Louis VIII. Ouvrez les yeux et soyez curieux !

Il y a même un hôtel dont la décoration est orientée sur l’art urbain : Hôtel Street Art.

Ci-dessous la superbe fresque en noir et blanc représentant Dominique Laboubée, chanteur de l’emblématique groupe rock rouennais Dogs, rue Massacre dans le centre ville. Et aussi, les oeuvres de l’artiste Barbichette : des lettres de Scrabble formant des mots collés sur le mobilier urbain défraîchi ou tagué, des mots souvent poétiques, emplis de rêverie.

Le saviez-vous ? Sur les murs des rues de Rouen, vous observerez de nombreux tags avec l’inscription Dada. Dada est un mouvement intellectuel, littéraire et artistique du début du XXᵉ siècle, qui se caractérise par une remise en cause de toutes les conventions et contraintes idéologiques, esthétiques et politiques. ll est étroitement associé à l’artiste Marcel Duchamp enterré dans le cimetière monumental.

Retrouvez ici mes autres articles à propos de Rouen :

Bonne visite !

Princess Zaza