Arrivé à Londres en 2013 juste après son bac, Pierre-Antoine Denis a obtenu une licence de politique et relations internationales à l’université de Westminster. Il se destinait alors à une carrière dans la diplomatie. Il s’est finalement orienté vers des études de journalisme en intégrant la City University à Londres, pour son master, spécialité « Sport ».

Tout l’intérêt de cette formation universitaire est qu’elle est très accès sur la pratique : chaque semaine il fallait réaliser un reportage radio ou télé. C’est à cette époque, que Pierre-Antoine a lancé avec d’autres étudiants, le site « The French Report », dédié à l’élection présidentielle française de 2017 vue de Londres.

Toujours basé à Londres, après quelques années en freelance, il est actuellement journaliste à BBC Afrique.

Je suis ravie de vous faire découvrir le parcours et le quotidien de ce jeune journaliste prometteur qui a réalisé un de ses grands rêves !

Pierre-Antoine m’a confié qu’il était passionné de journalisme depuis tout petit et qu’il avait très tôt décidé d’en faire son métier.

« Ça a commencé avec le foot et les commentateurs sportifs. Ado, je jouais à la Playstation avec les copains, ou dehors dans la rue, tout en commentant les matchs que je regardais à la télé. Comme modèle, j’avais Thierry Roland ou Thierry Gilardi et plus récemment, Grégoire Margotton.

Ils m’ont vraiment inspiré et m’ont donné envie de devenir journaliste. Leurs voix sont emblématiques. Lors de la finale de la coupe du monde de football en 1998, au-delà du score, des buts, la voix de  Thierry Roland par exemple, reste dans la mémoire de tout le monde. »

Lorsque j’évoque avec Pierre-Antoine son arrivée au sein de la rédaction de BBC Afrique en mars dernier, un large sourire illumine son visage :

« Je suis très heureux d’avoir rejoint une rédaction aussi prestigieuse que la BBC ! J’ai toujours suivi la BBC et j’ai très rapidement identifié BBC Afrique. Je me suis dit, « un jour pourquoi pas » ? Avec mon ami Mathiew Leiser, qui travaillait au World Service, on a visité les locaux de la BBC il y a environ 1 an (à l’époque c’était encore possible). Je suis allé à l’étage de BBC Afrique et j’ai rencontré plusieurs membres de la rédaction. On a discuté, je leur ai donné mon CV. Ils ont vu que j’avais travaillé pour l’Agence France Presse, ce qui leur a plu. Ils m’ont proposé de faire un essai en télé. J’étais très intéressé et j’ai saisi ma chance !

Pendant 3 jours, ils m’ont placé dans des conditions réelles. C’était comme si je faisais partie de l’équipe, je devais proposer des sujets, utiliser le logiciel de montage de la BBC….Malgré la pression, c’était un beau challenge ! L’essai a été concluant.

Ensuite, tout s’est enchaîné : j’ai suivi les formations internes à la BBC et j’ai bossé pour BBC Afrique en tant que pigiste pendant quelques mois, en alternant avec une Agence de presse spécialisée dans le sport (Perfom Media Group). Par la suite, BBC Afrique a ouvert un poste de journaliste à temps plein et j’ai bien sûr postulé. Après un long entretien assez strict, j’ai été pris. Je suis fier du parcours que j’ai accompli depuis ma sortie de l’université ! « 

Au sein de BBC Afrique, Pierre-Antoine est TV Producer et présentateur (actualités politiques, sport…). J’ai voulu qu’il m’explique un peu plus concrètement en quoi cela consiste :

« En tant que TV Producer, je produis l’émission et je suis au service du présentateur. J’alterne entre un rôle de présentateur et celui de TV Producer mais ce que je préfère, c’est présenter. C’est très enthousiasmant !

Quand on est présentateur, il y a une dose d’adrénaline car on est en direct et on a la responsabilité de conclure un travail préparé par toute une équipe. Pour cela, nous sommes en contact avec nos correspondants basés en Afrique qui nous ramènent des sons et des images pour illustrer le journal. »

Pour continuer, j’ai demandé à Pierre-Antoine comment il avait vécu son premier direct et quel souvenir il en gardait ?

« Mon tout premier direct était à la radio pour RTL en avril 2018. Je présentais un reportage d’une minute à propos de la réglementation du prix de l’alcool en Ecosse. J’en garde un bon souvenir. Pour BBC Afrique, mon premier direct était le 12 décembre 2018 devant le Parlement britannique à Westminster pour un sujet sur le Brexit. Là, je dois avouer, il y avait beaucoup de stress.

Ce soir-là, c’était le premier vote sur l’accord de Theresa May et ensuite il y a eu un vote de défiance contre elle de la part des Conservateurs. J’ai su le matin même que j’allais faire ce direct ! Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour me préparer et après, j’étais totalement vidé mais j’ai trouvé l’exercice très intéressant, même si c’était assez impressionnant. Ce premier direct télé m’a permis d’avoir quelque chose de concret sur lequel me baser pour faire mieux la prochaine fois. »

Apporter un éclairage auprès d’une audience qualifiée et une valeur ajoutée à l’information sont au coeur du journalisme. Lors de notre échange, j’ai pu constater que chez Pierre-Antoine c’est quelque chose qu’il a bien en tête.

S’agissant du Brexit par exemple, tout l’enjeu est de donner du sens à cette actualité forte auprès des téléspectateurs de BBC Afrique :

« Je travaille pour un service Afrique donc il faut traiter l’information en créant du lien avec le continent africain et montrer en quoi une actualité impacte le quotidien de ses habitants car c’est ça qui les intéressent.

Par exemple, quand on parle du Brexit, il faut être pédagogue et d’abord expliquer ce qu’est le Brexit et pourquoi c’est un fait qui les concerne avec les conséquences que ça peut avoir dans leur vie.

En matière de journalisme, il faut aussi, être précis, concret et rigoureux. On est là pour informer, pas pour faire du sensationnalisme. »

Quand on débute dans un métier, avoir un mentor est essentiel et Pierre-Antoine m’a confirmé que c’était son cas.

« Aujourd’hui, j’ai la chance de travailler aux côtés d’un grand journaliste, Emmanuel Coste. J’illustre ses chroniques sportives et on commente ensemble certains matchs. C’est un grand professionnel, il a 30 ans de métier et il est incroyable. Pas de fiches, pas de prompteur, il a tout dans la tête !

Il me donne des conseils pour faire de bons directs, placer correctement ma voix, apprendre à respirer au bon moment, terminer ma chronique dans les temps, pour lui « sortir à l’heure » est essentiel. Ses retours constructifs m’aident vraiment à progresser !

J’apprends aussi beaucoup d’Olivier Weber, mon rédacteur en chef, c’est un super journaliste qui est un bon modèle pour moi. Il est très bienveillant avec ses équipes. J’aime travailler avec lui. »

A gauche, Emmanuel Coste BBC Afrique

Et quand je lui demande quelle personnalité il rêverait d’interviewer, Pierre-Antoine me répond sans hésiter Nelson Mandela. Il y a aussi une autre personnalité qui l’inspire beaucoup :

« Il y a aussi quelqu’un qui m’inspire beaucoup, notamment depuis que je travaille pour BBC Afrique, c’est Denis Mukwege, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix en 2018. Ce gynécologue surnommé « le réparateur des femmes »,  a dédié sa vie à défendre les victimes de violences sexuelles en temps de guerre, notamment en République démocratique du Congo. Avec son équipe, il a sauvé des milliers de femmes mutilées par des soldats. Il prend beaucoup de risques à condamner publiquement toutes ces atrocités et il est placé sous protection de l’ONU. Je pense que ce serait vraiment passionnant de rencontrer un tel homme.

Parmi les sportifs, il y a aussi énormément de personnalités que j’aimerais interviewer, forcément Zinédine Zidane. Il a tellement bercé ma jeunesse ! Et aussi, Mbappé, c’est tellement un modèle de précocité et de maturité ! Mon défi serait une interview croisée Mbappé et Zizou. »

Denis Mukwege, prix nobel de la paix 2018 (c) BBC

Retrouvez ici : le portrait de « l’homme qui répare les femmes » par Pierre-Antoine Denis

Les journées de Pierre-Antoine sont aujourd’hui bien remplies mais il s’intéresse toujours à l’association Change 1’s Life qu’il a aidé à fonder il y a quelques années avec son ami Edmilson Angelo, rencontré lorsqu’il était étudiant à l’université de Westminster.

Le but de cet organisme de bienfaisance anglais est de réaliser des projets éducatifs à destination de l’Afrique subsaharienne. En récoltant des fonds pour créer des évènements afin de se faire connaître et en s’associant à des marques partenaires comme les écuries de F1 Williams, ils ont déjà réussi à envoyer 3 conteneurs en Afrique avec des vêtements, stylos, cahiers….Ces fournitures ont ensuite été distribuées sur place par leurs équipes qui passent aussi du temps auprès des populations concernées pour les accompagner.

Maintenant que son emploi du temps est plus régulier (ndlr, par rapport à l’époque où il était freelance), Pierre-Antoine envisage à nouveau de contribuer à œuvrer au sein de cette association. Une manière de revenir un peu à ses premières amours : la politique et la diplomatie.

A gauche, Pierre-Antoine Denis et à droite, Edmilson Angelo

Au-delà des réseaux sociaux et notamment de Twitter, qui pour Pierre-Antoine est un véritable outil au service de son métier et qu’il utilise au quotidien, j’ai souhaité abordé le sujet de l’Intelligence Artificielle. Je pense en effet que l’IA fait partie des réalités incontournables dans les médias aujourd’hui et je lui ai demandé ce qu’il en pensait ?

« L’Intelligence Artificielle fait partie des évolutions en matière de journalisme auxquelles il faut être attentif mais il faut l’utiliser à bon escient. Je reste convaincu que le travail de journaliste c’est vraiment un travail éditorial avec des choix et une hiérarchisation de l’information. L’Intelligence Artificielle peut faciliter dans une certaine mesure le travail de journaliste et apporter une complémentarité mais ne le remplacera pas. C’est pareil en télé. Je ne crois pas que les gens aient envie de voir un robot présenter les informations. Ce serait très monotone. Il faut aussi continuer à aller sur le terrain pour recueillir des témoignages, vérifier une information… L’Intelligence Artificielle ne doit pas prendre le dessus sur le travail humain du journaliste.

Ce qui est très intéressant en revanche c’est la réalité virtuelle. On s’en sert pour mieux diffuser nos contenus. Par exemple, au sein de BBC Afrique, on propose BBC Actu Jeunes, une émission d’information télévisée diffusée en journée, à destination des 11-16 ans. Elle est  tournée dans un studio avec des fonds verts pour projeter des animations. Cette approche ludique permet de mieux faire passer les messages auprès de cette audience jeune. C’est important pour le futur de la démocratie d’intéresser le jeune public à l’actualité et permettre à ces jeunes de mieux comprendre le monde dans lequel ils vivent.« 

Pour terminer, j’ai demandé à Pierre-Antoine quelles sont ses bonnes adresses à Londres pour regarder un match de foot ?

« Avec un temps ensoleillé comme celui-ci, il faut aller vers London Bridge, il y a un bar qui s’appelle le Flat Iron Square qui est très sympa. Dès qu’il fait beau, on peut s’installer en terrasse pour regarder le match dehors. Pendant la coupe du monde, j’y étais très souvent.

Quand il pleut, parmi tous les pubs à Londres, je vous recommande The Crown vers Victoria Park ou The Crown and Shuttle à Liverpool Street, où on peut suivre les matchs sur un écran géant.

La plupart du temps, les soirs où il y a match, Emmanuel Coste travaille mais s’il n’est pas envoyé en Egypte pour la coupe d’Afrique, je serais ravi d’aller regarder quelques matchs avec lui. »

Pour la suite, Pierre-Antoine se voit vraiment continuer à la BBC et se perfectionner aux côtés de journalistes expérimentés comme Emmanuel Coste et Olivier Weber. Il a déjà fait plusieurs directs et présenté presque 10 émissions. Il essaye de les compter et fera un bilan lorsqu’il sera arrivé à 50 directs et 100 émissions.

Son souhait ? Présenter un journal en anglais et aussi commenter un match en anglais ! Au-delà du foot, il aimerait également commenter du tennis et du rugby.

On lui souhaite bien évidemment d’arriver à relever tous ses défis et une bonne continuation dans son parcours de journaliste 🙂

Un grand merci à Pierre-Antoine pour le temps accordé et cet échange très intéressant.

Retrouvez Pierre-Antoine sur Twitter : @Denis_BBC

Princsess Zaza