Retour sur la soirée électro à l’Elysée pour la Fête de la musique !

Le moment fût magique et inoubliable, ponctué de surprises et de moments forts, le tout dans une ambiance très festive et décontractée.

C’est avec un grand enthousiasme que je me suis rendue jeudi 21 juin au concert de musique électronique organisé dans la Cour d’honneur de l’Élysée à l’occasion de la Fête de la musique.

C’était une première et j’espère vraiment qu’il y en aura d’autres pour qu’un maximum de personnes puisse vivre ce moment !

Après avoir passé les différents contrôles de sécurité, j’ai pu accéder à la Cour d’honneur de l’Élysée, un cadre complètement fou et assez improbable pour une Fête de la musique.

Quelle chance de faire partie des 1 500 personnes qui ont pu décrocher une invitation. On y croise des citoyens, des officiels, quelques personnalités.

Le temps est particulièrement clément, un beau soleil accompagne cette fin de journée, les premiers invités discutent tranquillement en mangeant un burger et buvant une bière sans alcool ou un soda, achetés à la buvette.

Les gens immortalisent l’instant en faisant des selfies, c’est pas tous les jours qu’on entre dans l’enceinte de l’Élysée 😉

Je m’avance vers la scène installée sur le perron d’entrée de l’Élysée. C’est là que tout au long de la soirée 5 des plus grands DJ français mixeront pour notre plus grand plaisir leur musique électronique (dans l’ordre de passage : Chloé, Cézaire, Kiddy Smile, Kavinsky et Buzy P.).

Je trouve une place au 2ème rang et y passerai toute ma soirée pour profiter à fond du spectacle !

À 20h, Chloé Thévenin aka DJ Chloé, une figure du Rex Club, entre en scène et lance les festivités. Le bon son électro de Chloé ravit le public qui était impatient de découvrir le début du show.

Au-dessus de sa tête, les cinq drapeaux français et européens dansent, la mise en scène est superbe ! Un brin surréaliste aussi, quand on pense qu’en temps ordinaire, c’est en haut de ces mêmes marches, que le chef de l’État échange des poignées de main avec les dirigeants du monde entier.

(c) afp.com/Christophe Petit Tesson

Tout d’un coup un mouvement de foule, quelques cris dans le public : Brigitte Macron, aussi élégante que souriante comme à son habitude, fait une brève apparition en ce début de soirée. Tout le monde sort son smartphone pour tenter de la photographier.

Vient ensuite DJ Cézaire qui m’a permis de faire un clin d’œil à tous mes amis fans de Depeche Mode avec son mix de Grandmaster Flash « The Message » ….. Don’t push me cause I’m close to the edge….I’m trying not to lose my head 😉

Nous avons aussi eu le plaisir de réentendre un des tubes incontournables des années 90 : Pump up the jam, mixé par ce DJ !

C’est alors qu’entre en scène Kiddy Smile, un des moments forts de la soirée, certainement le plus surprenant.

Il porte un tee-shirt sur lequel est inscrit « Fils d’immigré, noir & pédé » en signe de protestation contre la loi asile et immigration. L’artiste militant avait prévenu sur sa page Facebook qu’il profiterait de l’occasion pour s’opposer à ce texte et qu’il reverserait son cachet de 1 500 euros à une association d’aide aux migrants.

Son premier morceau, « House of God », est un titre contre le racisme, le sexisme et l’homophobie, invitant à la paix et à la tolérance.

Le DJ est rapidement rejoint sur scène par une troupe de danseurs et danseuses qui entame un voguing*, un moment assez incroyable mais tellement génial !

N’en déplaise à certains, le choix de ce DJ témoigne, de mon point de vue, d’une certaine audace, d’une réelle modernité et d’une grande ouverture d’esprit. C’est complètement assumé et c’est chouette !

Cette prestation n’est évidemment pas passée inaperçue et a largement été partagée et discutée sur les réseaux sociaux, avec comme on pouvait s’y attendre, des récupérations politiques et partisanes….qui me donnent envie de vomir. Cela ne gâchera pas le moment, la censure ne passera pas et la fête doit continuer !

On découvre d’ailleurs sur les réseaux sociaux quelques clichés du couple présidentiel qui prend la pose aux côtés des danseurs.

(c) Elysée

(c) gg.palmer

(c) Paris Match

Kiddy Smile passe ensuite le relais à Kavinsky qui prend place aux platines. La nuit est tombée, il commence à faire frais mais le public est toujours là, dansant, chantant, riant, et un magnifique jeu de lumières bleu, blanc, rouge habille la façade de l’Élysée.

C’est alors que de nouveaux cris s’échappent encore plus forts que la première fois et pour cause, cette fois c’est Emmanuel Macron qui fait son apparition !

Il vient prendre un bain de foule avec sa femme, à leurs côtés la ministre du travail, Muriel Pénicaud. Il longe la première rangée du public installée face à la scène.

Il affiche un large et joyeux sourire sur le visage, on le sent particulièrement décontracté. Il se prête avec plaisir au jeu des selfies.

C’est là qu’arrive le moment le plus mémorable pour moi de cette soirée : lorsqu’il est arrivé à ma hauteur, j’ai pu lui serrer la main, échanger avec lui quelques mots et aussi le remercier pour cette superbe soirée. C’est avec un clin d’œil complice qu’il m’a souhaité une bonne fin de soirée. J’avoue, j’ai kiffé !

Brigitte, enthousiaste et rayonnante, est aussi venue nous saluer. Avant de repartir pour regagner l’intérieur de l’Élysée, on l’a vue esquissé quelques pas de danse sur un mix de Kavisnky.

Enfin, Busy P., l’ancien manager des Daft Punk, a clôturé cette magnifique soirée placée sous le signe de l’électro. Vers 00h30, le Président, accompagné de sa femme, sort sur le perron, avec à ses côtés, les 5 DJs stars.

Il remercie les artistes pour leurs mix et aussi le public d’avoir été là. Il termine par ces mots : « …ce lieu (l’Élysée) est à vous ! »

Un grand Merci au Président d’avoir accepté d’ouvrir au grand public le palais de l’Élysée pour la Fête de la musique et Bravo pour avoir accueilli ces artistes talentueux de la scène électronique française.

Je n’oublierai jamais MA fête de la musique 2018 à lÉlysée !

Pour revoir le concert :

*Voguing : danse urbaine née dans les années 70 dans des clubs gay de New-York, essentiellement fréquentés par des homosexuels latino et afro-américains. Dans les années 1990, le voguing est connu pour avoir inspiré le titre Vogue de Madonna. (source : Wikipedia)

Princess Zaza

Laisser un commentaire