Après 4 ans de travaux de rénovation et d’aménagement pour redonner au lieu toute sa superbe, l’Hôtel de la Marine, situé sur la place de la Concorde, a réouvert ses portes au public. Sa visite est un plongeon éblouissant dans l’Histoire, dans l’Art et le Patrimoine français !

Portraits d’amiraux, ancres, sirènes, proues de bateaux et dauphins sont omniprésents dans les décors et constituent autant de témoignages des plus de 200 ans d’occupation du lieu par le ministère puis l’état-major de la Marine. A son départ en 2015, le bâtiment est confié au Centre des Monuments Nationaux.

Pour en profiter pleinement et en faire un véritable lieux de vie, la cour d’honneur avec le Café Lapérouse, la cour de l’Intendant avec la superbe verrière imaginée par l’architecte Hugh Dutton et la librairie-boutique sont accessibles au public gratuitement toute l’année.

Un lieu témoin de l’Histoire de France

Conçu par l’architecte Ange-Jacques Gabriel, suite à une commande royale de Louis XV, la première pierre de l’Hôtel de la Marine est posée en 1758. Au départ, l’Hôtel n’a qu’une vocation monumentale et décorative, il est destiné à mettre en scène et faire rayonner le pouvoir royal. C’est en 1768 que l’Hôtel est totalement affecté au Garde-Meuble de la Couronne.

Outre le mobilier qui sert à meubler les résidences royales, le Garde-Meuble abritait aussi des armes et armures, des pièces d’art décoratif (vases, bronzes…), des tapisseries et les joyaux de la Couronne, un trésor de plus de 10 000 pierres précieuses (dont le Sancy, le Régent, le Bleu de France, le Grand Saphir et le Spinelle rubis dit « Côte-de-Bretagne »).

A partir de 1776, tous les premiers mardis du mois, de Pâques à la Toussaint, les salles d’exposition étaient ouvertes gratuitement au public pour découvrir ces prestigieuses collections. Plus tard, une galerie des bronzes fût même créée pour mettre encore plus en valeur ce patrimoine.

La visite vous permettra notamment de découvrir la chambre à coucher de Pierre-Elisabeth de Fontanieu, premier intendant du Garde-Meuble de la Couronne, ainsi que celle de son successeur, le baron Marc-Antoine Thierry de Ville d’Avray, second intendant chargé du Garde-Meuble et des joyaux de la Couronne, et aussi, celle de son épouse.

Pierre-Elisabeth de Fontanieu, était connu pour son goût pour les femmes d’opéra aux mœurs légères. C’est lui qui a fait réaliser ce sublime cabinet intimiste, adjacent à sa chambre à coucher, qui révèle son attrait pour le libertinage. À l’origine, des femmes nues ornaient les miroirs. Par pudeur, la femme de Marc-Antoine Thierry de Ville d’Avray a fait retoucher les peintures pour les remplacer par des petits anges.

La Révolution de 1789 marque un tournant majeur dans l’histoire de l’Hôtel de la Marine. Symbole du faste royal, le Garde-Meuble n’est pas une administration très appréciée. Par ailleurs, Louis XVI et son gouvernement sont contraints de quitter Versailles pour s’installer aux Tuileries. Le lieu est alors partiellement investi par le ministère de la Marine en quête d’une affectation.

Par ailleurs, le 13 juillet 1789, l’Hôtel de la Marine est partiellement pillé par des révolutionnaires qui saisissent les armes dans les collections du Garde-Meuble, puis en 1792, c’est “le vol” des joyaux de la Couronne.

Progressivement, d’ouest en est, la Marine devient affectataire de l’ensemble du bâtiment alors que sous la République, se poursuit la liquidation du Garde-Meuble de la Couronne. Les derniers objets du Garde-Meuble quittent définitivement l’édifice en 1806, date à laquelle le ministère de la Marine occupe la totalité du bâtiment.

Pour marquer sa présence dans son nouveau siège, la Marine entreprend des travaux majeurs d’aménagement de l’édifice et remanie les décors à plusieurs reprises. La transformation la plus spectaculaire intervient en 1843 avec la galerie des Grands Meubles aménagée en deux salons d’apparat à la décoration entièrement renouvelée et faisant la part belle à l’histoire maritime de la France (portraits d’amiraux, ancres, globes terrestres…).

Parallèlement, l’Hôtel de la Marine continue d’être un lieu important de représentation du pouvoir. Des manifestations et événements insignes y sont organisés : bal en l’honneur du sacre de Napoléon Ier en 1804, venue de Louis-Philippe pour assister à l’installation de l’obélisque de Louxor sur la place de la Concorde en 1836, tenue de la commission présidée par Victor Schoelcher (sous-secrétaire d’État chargé des colonies et des mesures relatives à l’esclavage par François Arago, ministre des Colonies de la IIe République), aboutissant à la rédaction du décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848…

Renaissance d’un lieu à la gloire de la Marine française

La rénovation de l’Hôtel de la Marine a aussi permis de mettre en avant le patrimoine exceptionnel que représentent l’architecture de Gabriel, les décors et les objets d’art somptueux des XVIIIème et XIXème siècle, ainsi que l’histoire maritime française.

Dans un décor de bois sculpté, la galerie des ports de guerre met à l’honneur les 5 principaux ports de guerre stratégiques de l’époque : Brest, Cherbourg, Lorient, Rochefort et Toulon.

Parmi les motifs en fer forgé de la rampe de l’escalier d’honneur, on distingue deux grands médaillons représentant une ancre marine, entrelacée de deux dauphins.

Dans le salon d’honneur et le salon des amiraux, vous découvrirez des « miroirs dansants » rotatifs qui redonnent vie aux galeries du Garde-Meuble, aux bals du XIXeme siècle et aux événements dont la place de la Concorde, ancienne place Louis XV, a été le théâtre. Les murs sont décorés avec les portraits d’amiraux célèbres de l’Ancien Régime :

  • Anne Hilarion de Costentin de Tourville : vice-amiral de Louis XIV,
  • Jean Bart : corsaire issu d’une famille de marins renommés,
  • René Duguay-Trouin : corsaire malouin au quatre-vingts combats,
  • Abraham Duquesne : lieutenant-général des armées navales de Louis XIV,
  • Louis-Antoine de Bougainville : navigateur et explorateur,
  • Charles Louis du Couëdic : officier de marine ayant participé à la guerre d’indépendance des États-Unis ,
  • Claude de Forbin : officier de marine français du Grand Siècle,
  • Jean-François de La Pérouse :  Capitaine de vaisseau et explorateur, il disparaît en mer en 1788,
  • Pierre-André de Suffren : vice-amiral célèbre pour ses nombreux exploits face à la Marine anglaise ,
  • Louis-René-Madeleine de Latouche-Tréville : officier de marine et homme politique pendant la Révolution française.

Une « table des marins », dans le bureau du chef d’état-major, permet de se plonger dans les itinéraires de dix marins français remarquables du XVIIème au XXème siècle. Le visiteur est invité à revivre ces voyages d’exploration, découvertes scientifiques, batailles navales…

Et partout dans les décors du monument, ne manquez pas d’observer les ancres, cornes d’abondances sur les portes, poissons et dauphins entrelacés ou pas, proues de bateaux au plafond, sirènes sur le cadre des miroirs…

Un lieu emblématique de l’art de vivre à la française

L’hôtel de Marine se veut aussi un véritable lieu de vie et de plaisir où rayonne l’art de vivre à la française, un des domaines d’excellence de la France. Et les gourmands apprécieront !

Dans la cour d’honneur et sous les arcades, venez dès à présent petit-déjeuner, déjeuner ou prendre une pause gourmande au Café Lapérouse.

Prochainement, un restaurant ouvrira ses portes sous la direction du chef Jean-François Piège, également dans la cour d’honneur. Il se dit que l’adresse fleurera bon le retour de la criée, les agrumes et le parfum de la méditerranée !

Pour compléter, je vous invite à regarder : Les joyaux de la Couronne de France d’hier à aujourd’hui.

Informations pratiques :

Hôtel de la Marine, 2 place de la Concorde 75008 Paris

Horaires d’ouverture : Ouvert tous les jours de 10 h 30 à 19 h (fermeture de la billetterie à 18 h 15). La cour intérieur est ouverte de 9h à 1h du matin. Fermetures annuelles : 1er janvier, 1er mai et 25 décembre. Nocturnes chaque vendredi jusqu’à 22h (fermeture de la billeterie à 21h15)

Librairie-Boutique ouverte de 11 h à 19 h, du samedi au jeudi et de 11 h à 22 h le vendredi.

Café Lapérouse ouvert tous les jours de 8h à 19h. Réservation : 01 53 93 65 53.

Toutes les visites s’effectuent dans un créneau horaire défini. Je vous invite à acheter vos billets à l’avance sur la billetterie en ligne. Je vous recommande d’opter pour le “grand tour”.

Tarifs : Parcours « salons & loggia » : les salons d’apparat et la loggia à découvrir en 45 minutes : 13 € / Parcours « grand tour » : les appartements de l’Intendant, les salons & loggia à visiter en 1 h 30 : 17 €

Bonne visite !

Princess Zaza