Interview Jain « Avec la musique, on peut se réinventer, avoir plusieurs vies »

JAIN-HOPE cover EP-front-web

À l’occasion de la sortie du premier EP de Jain « Hope », je suis partie à la rencontre de cette jeune artiste pour vous proposer cette interview. Jain a cette fraîcheur et cet enthousiasme de la jeunesse et nous embarque dans son univers artistique avec générosité et authenticité.

Dès la première écoute, j’ai beaucoup aimé sa pop moderne et joyeuse aux accents africains. Mais au fond, n’est ce pas aussi de la folk, du reggae ou de la world musique ? Certainement un peu de tout ça car Jain est riche de mille et un souvenirs de voyage qui lui inspirent sa musique.

Merci à Jain d’avoir accepté cet échange !

Tu as passé ton enfance à sillonner l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, tu joues de plusieurs instruments, composes tes chansons. Peux-tu nous expliquer comment se déroule ton processus de création ? 
Jaïn : Ce n’est pas le même processus à chaque fois, j’essaie de me mettre au défi le plus possible, pour que l’écriture et la composition ne deviennent pas une routine.

Donc ça part d’une histoire que l’on me raconte, d’une rencontre, d’un moment, mais cela peut aussi venir d’un rythme ou d’un son d’instrument particulier que j’entends…

Je voudrais vraiment pouvoir réussir à écrire et composer à partir de n’importe quoi, sans être dépendante d’un processus particulier, ce serait une vraie liberté…

Jamaïque (c) Claire Seppecher Avril 2014

Ton premier EP est empreint d’accents africains entre électro, folk et pop. Quel est le souvenir le plus fort que tu gardes de l’Afrique ?
Jaïn : Au Congo, une de mes grandes soeurs chantait et jouait de la guitare, du coup j’ai essayé de limiter et j’ai adoré ça. Par la suite j’ai rencontré là-bas Mr Flash, un beatmaker Congolais chez qui j’allais enregistrer, il m’a donné mes premiers logiciels.

Un après-midi j’étais chez lui, et pleins de rappeurs Congolais sont venus nous rejoindre dans la cour de sa maison. J’ai joué quelques accords de la chanson que j’étais en train de composer et les uns après les autres, ils se sont mis à rapper dessus. C’était un moment de bonheur et d’échange pur et c’est ça que je recherchais, depuis je n’ai plus jamais arrêté la musique…

Quelle a été LA rencontre déterminante dans ton parcours et pourquoi ?
Jaïn : Je pense que c’est celle avec mon manager. J’étais loin, en Afrique et pas du tout sûre de moi, il m’a vraiment ouvert les portes et donné tout ce qu’il pouvait pour que je continue la musique et que je n’arrête pas en cours de route. J’avais seulement fait trois chansons, trois maquettes de très  mauvaise qualité mais il y croyait et du coup moi aussi.

Il y a eu aussi la rencontre avec Mr Flash, j’ai pu commencé à enregistrer des chansons chez moi grâce à lui, et Maxime Nucci (alias Yodelice), mon producteur, qui est un vrai mentor musical et qui a rendu ce projet possible et plus pro…

B4rU1VdCQAE5guQ

(c) Jain

Quel message as-tu voulu faire passer à travers ce personnage multitâches à plusieurs mains avec ces petites robes noires cerclées de blanc ?
Jaïn : Je voulais montrer un contraste, j’ai été marquée petite par l’étiquette indélébile que l’on donnait aux artistes, depuis cela m’a toujours effrayée, je ne voulais pas rentrer dans ce jeu, anti-créatif.

Du coup je voulais montrer quelque chose qui me ressemble, je suis assez sobre et introvertie, je suis Française et cette petite robe noire représente bien tout ça.

Surtout ce que je trouve intéressant c’est la surprise que cela provoque parfois lorsque les gens me voient pour la première fois sur scène.

Aujourd’hui et demain, mon but reste le même, essayer de surprendre les gens, c’est cela que je trouve intéressant avec la musique, on peut se réinventer, avoir plusieurs vies.

Jain2(© Carcasse)

(c) Carcasse

Si tu devais interpréter un duo avec Yodelice quelle chanson choisirais-tu ? Et avec Christine and The Queens ?
Jaïn : Avec Yodelice, j’aimerais bien reprendre un classique du style « what becomes of the broken hearted » de Jimmy Ruffin dans un style complètement différent…

Avec Christine and the queens j’aimerais bien reprendre une chanson du style ‘bitch better have my money » de Rihanna avec un truc comme Kate bush « Babooshka ».

c’est une question difficile !!!

Selon toi, qu’apportent les réseaux sociaux à un artiste ?
Jaïn : Le contact avec le public avec moins d’intermédiaires. Il y a des inconvénients comme des avantages, car quand je regarde les pages de certains artistes, on voit des choses assez incroyables parfois…

Si tu devais définir ta musique en un tweet ?
Jain :

Melting Pop = Pop+world+electro+hiphop+folk+soul+reggae+love+YouBetterListenToItBabe

Un message pour tes fans ?
Jain : merci,merci,merci,merci, j’espère ne jamais vous décevoir et j’espère qu’on va aller loin ensemble …

Retrouvez Jain sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter , Instagram et YouTube.

Princess Zaza

Tags: × × ×

3 Commentaires

  1. Jain (http://www.jain-music.com/) et Trazaac (http://www.mp3trazaac.com) sont vraiment des incontournables …

  2. Pingback: Retour sur la Session Très Très Privée de Ben Harper dans Le Drive sur RTL2 - Mon Paris Joli

Laisser un commentaire